Press review

« L’excellent Nicolas Chalvin » Le Monde, Pierre Gervasoni

« Le remarquable Nicolas Chalvin » — Le Figaro, Christian Merlin

«Tempos contrastés et du caractère. » — Diapason, Jean-Charles Hoffelé

« Un sentiment musical toujours juste. » — Opéra Magazine, Philippe Andriot

« On reconnaît en Nicolas Chalvin un parfait artisan du son, un façonneur d’orchestre qui tire de sa phalange le meilleur d’elle-même. » — Hélène Mante, Forum Opéra

Les Reflets slaves

« … Nicolas Chalvin, à la tête de son Orchestre des Pays de Savoie, est parfaitement à son aise dans Elgar dont il souligne la noblesse de l’inspiration et sa propension à l’effusion grandiose. Avec la même intuition, il séduit dans Dvorak par la richesse des cordes de son orchestre, comme par son lyrisme ample, servi par des tempos larges. La lecture de ses musiciens est tout aussi remarquable tant par la saveur rustique de leurs timbres que son caractère bonhomme ; les contrebasses toujours présentes, raclant savoureusement les temps avec une robuste conviction et déployant sur cette base une richesse de timbres charnus. » — Retour sur Reflets slaves, Dernières Nouvelles d’Alsace

« …On avait déjà pu apprécier la couleur de l’orchestre dans la sérénade en mi mineur d’Edward Elgar. On l’a refait dans la sérénade d’Antonin Dvorak, bien plus ample, poétique, un peu mélancolique, sous la direction précise et plutôt sobre de Nicolas Chalvin. » — Retour sur Reflets slaves, l’Alsace

«… [Les] cordes […] de l’Orchestre des Pays de Savoie (une formation Mozart) font honneur au travail de fond mené depuis 2009 par son chef. La Sérénade d’Elgar placée en ouverture montre une fluidité et une élégance qui traduisent le chic délicat de cet opus. (…) Un peu avant le concert du soir, on a pu assister […] à une prestation du Jeune Orchestre à cordes des élèves des écoles de musique du Chablais. (…) En tête de chaque pupitre on trouve un membre de l’Orchestre des Pays de Savoie et tous les – parfois très jeunes ! – musiciens en herbe qui les entourent ont à cœur de se montrer digne du privilège de se produire dans un tel lieu sous la baguette de Nicolas Chalvin, dont l’attachement à la mission régionale de sa formation n’est plus à démontrer. » — Retour sur Reflets slaves et avant-concert du jeune orchestre du Chablais, Alain Cochard, Concertclassic.com

Les Troyens, Berlioz –  
Tiroler Landestheater

« Überaus dynamisch leitet des französische Dirigent Nicolas Chalvin das musikalische Geschehen; das Tiroler Symphonieorchester Innsbruck besiegelt mit archaischer Wucht den Untergang Trojas, zeichnet mit lyrischer Schönheit die Lovestory von Dido und Aeneas und bewegend ihr tragisches Ende. »  — Krone Jutta Hopfen

« Ans Pult des Tiroler Symphonieorchesters Innsbruck holte sie mit Nicolas Chalvin einen Vertrauten des französischen Stils, der dessen Eigenheiten nimmermüde an das präsente und spendierfreudige Orchester weiterzugeben wusste. » — Tiroler Tageszeitung Ursula Strohal

« Und das Tiroler Symphonieorchester, mit straffem Zügel geführt und temperamentvoll angestachelt von Nicolas Chalvin, spielt so exzellent, als sei die Partitur Alltägliches à la
„Carmen“. » — Merkur-online Markus Thiele

RITA, Donizetti / DOLORES, Jolivet
Opéra de Rennes – Mars 2007

« Précis, Nicolas Chalvin nuance, enflamme, colore. Jolivet surtout lui doit beaucoup. » — Opéra Magazine par Jacques Bonnaure

VERONIQUE, Messager
Opéra national de Lorraine, Nancy – Janvier 2007

« Ce beau plateau est emmené avec vivacité et énergie par la baguette attentive de Nicolas Chalvin. Dans des tempi souvent rapides, il parvient à rendre évidentes les pulsations rythmiques de la partition d’André Messager ; ainsi que les transparences et les chatoiements de son orchestration. » — Resmusica.com par Michel Thomé

“Garichot avoids taking cheap pot shots at the piece and keeps the original dialogues; it is not a political satire so a radical rewrite to make it all relevant is unnecessary. At the risk of being labelled a granny and presented with a pension book, I found the experience irresistible; not least because Nicolas Chalvin’s inspired conducting combines oomph and sophisticated, dovetailed textures.
(…) You leave the theatre humming the tunes and cursing the fact that there is not a decent recording. But something tells me the complexes are waning and a real Messager revival is round the corner. “  — Financial Times par Francis Carlin

COSI FAN TUTTE W.- A. MOZART
Bâtiment des Forces Motrices, Genève – Novembre 2006

“(…) Ansprechendes Ensemble und die anregende musikalische Leitung von Nicolas Chalvin” — Janvier 2007 Opernwelt par Hanspeter Renggli

« L’orchestre a dû changer de chef peu avant la première, en raison de la défection du pianiste Stephen Kovacevich. Nicolas Chalvin, qui a sauvé la situation, compense les faiblesses d’un ensemble inégal avec une compétence déjà largement éprouvée en d’autres circonstances et un sentiment musical toujours juste. »  — Janvier 2007 Opéra Magazine par Philippe Andriot

« Stephen Bishop-Kovacevich ayant été remercié quelques jours avant la première, Nicolas Chalvin le remplace dans la fosse avec panache: tempos contrastés et du caractère. » — Janvier 2007 Diapason par Jean-Charles Hoffelé

« The real draw, especially at the end of a year saturated in Mozart, was meant to be the pianist Stephen Kovacevich’s first attempt at conducting an opera. The Suisse Romande orchestra decided otherwise and forced him out barely a week before the first night. The diplomatic spin was that the parting was amicable.
True or false, the show must go on and young Nicolas Chalvin took up the gauntlet. In Geneva’s alternative site for pre-Romantic opera, he conducts a wonderfully rounded account of the score: robust and playful, yet capable of broadening out climaxes to delicious effect. »  — 14 novembre 2006 The Financial Times par Francis Carlin