• Accueil
  • Biographie
  • Agenda
  • Presse
  • Galerie
  • Contact
Login
 
 
nicolas chalvin nicolas chalvin

© Marc Vanappelghem
(Médée de Dusapin, Orphée et Eurydice de Gluck)

Presse 2005-2006

RITA  GAETANO DONIZETTI
Opéra de Lausanne



24 Heures
par Matthieu Chenal

"Dans la fosse, l'Orchestre de Chambre de Lausanne est chauffé par la baguette incisive de Nicolas Chalvin et délivre une pêche littéralement miraculeuse."  12 novembre 2005


Neue Zürcher Zeitung

par Marianne Zelger-Vogt

«Dem Orchester fällt dabei mehr begleitende und untermalende funktion zu, doch diese nimmt das Orchestre de Chambre de Lausanne unter der Leitung von Nicolas Chalvin sensibel und engagiert wahr."    15 novembre 2005


Resmusica.com
par Jacques Schmitt

"La musique est séduisante, les airs superbes et l'Orchestre de chambre de Lausanne admirablement dirigé par un Nicolas Chalvin toujours attentif aux chanteurs."  16 novembre 2005



LA VIE PARISIENNE   JACQUES OFFENBACH
Opéra de Lausanne



La Tribune de Genève
par Benjamin Chaix

« Avec un orchestre de qualité, l'Orchestre de chambre de Lausanne dynamiquement dirigé par Nicolas Chalvin, La Vie Parisienne de Savary bénéficie d'un rythme d'enfer. »  27 décembre 2005


24 Heures
par Matthieu Chenal

« Ce spectacle profite de l'apport efficace et énergique (…) de l'Orchestre de Chambre de Lausanne cravaché par Nicolas Chalvin. »  24 décembre 2005


Le Temps
par Julian Sykes

« … (Une) joyeuse bande que dirige d'un geste alerte et ciselé Nicolas Chalvin. Car c'est dans la fosse que le moteur tourne. Comme électrisé par ce spectacle déjanté, l'Orchestre de chambre de Lausanne se donne à fond. »   24 décembre 2005



L’ELISIR D’AMORE   GAETANO DONIZETTI
Théâtre de Caen



Forumopera
par Placido Carrerotti

« A la tête de l’excellent orchestre de Caen, Nicolas Chalvin (ancien élève d’Armin Jordan) conduit ses troupes avec efficacité et talent, évitant les pièges de la vulgarité (combien de fois n’avons-nous pas entendu cette musique avec des sonorités d’orphéon de province !) tout en conservant toute la gaîté de cette partition.
La salle bondée, fait un triomphe à cette production magnifique et qu’on aimerait retrouver dans le cadre d’une salle Favart rendue à son répertoire. »  9 avril 2006