• Accueil
  • Biographie
  • Agenda
  • Presse
  • Galerie
  • Contact
Login
 
 
nicolas chalvin nicolas chalvin

© Marc Vanappelghem
(Médée de Dusapin, Orphée et Eurydice de Gluck)

Presse 2006-2007

RITA   GAETANO DONIZETTI  /  DOLORES   ANDRE JOLIVET
Opéra de Rennes - Mars 2007

Opéra Magazine
par Jacques Bonnaure

"
Précis, Nicolas Chalvin nuance, enflamme, colore. Jolivet surtout lui doit beaucoup." Mai 2007


VERONIQUE
  ANDRE MESSAGER
Opéra national de Lorraine, Nancy -
Janvier 2007

Resmusica.com
par Michel Thomé

"Ce beau plateau est emmené avec vivacité et énergie par la baguette attentive de Nicolas Chalvin. Dans des tempi souvent rapides, il parvient à rendre évidentes les pulsations rythmiques de la partition d’André Messager ; ainsi que les transparences et les chatoiements de son orchestration."  26 janvier 2007    www.resmusica.com

Financial Times

par Francis Carlin
 
“Garichot avoids taking cheap pot shots at the piece and keeps the original dialogues; it is not a political satire so a radical rewrite to make it all relevant is unnecessary. At the risk of being labelled a granny and presented with a pension book, I found the experience irresistible; not least because Nicolas Chalvin’s inspired conducting combines oomph and sophisticated, dovetailed textures.
(…)  You leave the theatre humming the tunes and cursing the fact that there is not a decent recording. But something tells me the complexes are waning and a real Messager revival is round the corner. “ 16 janvier 2007


COSI FAN TUTTE   W.- A. MOZART
Bâtiment des Forces Motrices, Genève
- Novembre 2006

Opernwelt
par Hanspeter Renggli

(…) Ansprechendes Ensemble und die anregende musikalische Leitung von Nicolas Chalvin”  Janvier 2007

Opéra Magazine
par Philippe Andriot

"L'orchestre a dû changer de chef peu avant la première, en raison de la défection du pianiste Stephen Kovacevich. Nicolas Chalvin, qui a sauvé la situation, compense les faiblesses d'un ensemble inégal avec une compétence déjà largement éprouvée en d'autres circonstances et un sentiment musical toujours juste."  Janvier 2007
 
Diapason
par Jean-Charles Hoffelé

"Stephen Bishop-Kovacevich ayant été remercié quelques jours avant la première, Nicolas Chalvin le remplace dans la fosse avec panache: tempos contrastés et du caractère."  Janvier 2007

L’Hebdo

par Dominique Rosset

« … l'énergie et la précision de l'OSR, mené par Nicolas Chalvin. »  16 novembre 2006

The Financial Times
par Francis Carlin

"The real draw, especially at the end of a year saturated in Mozart, was meant to be the pianist Stephen Kovacevich’s first attempt at conducting an opera. The Suisse Romande orchestra decided otherwise and forced him out barely a week before the first night. The diplomatic spin was that the parting was amicable.
True or false, the show must go on and young Nicolas Chalvin took up the gauntlet. In Geneva’s alternative site for pre-Romantic opera, he conducts a wonderfully rounded account of the score: robust and playful, yet capable of broadening out climaxes to delicious effect."  14 novembre 2006

Le Courrier
par Jonas Pulver

« Un Orchestre de la Suisse Romande débordant de précision et de clarté.
(…) La direction musicale, placée sous la baguette de Nicolas Chalvin (en remplacement de Stephen Kovacevich), prend l'heureux parti de la vivacité rythmique et de la finesse des textures. »  11 novembre 2006
Forumopera
par Maurice Salles

« Excellente direction musicale (…)
Appelé en urgence quelques jours seulement avant la première, après le retrait de Stephen Kovacevich dont la présence sur le podium devait constituer un des atouts de ce nouveau spectacle, Nicolas Chalvin démontre dès l’ouverture une compréhension profonde de l’œuvre. En communion avec l’orchestre, qui l’accueille à ses entrées dans la fosse en manifestant son approbation, il imprime à l’ouverture une dynamique nerveuse, où les contrastes rythmiques, la netteté des cordes, la volubilité des vents libèrent comme une évidence la dialectique ironique qui est l’esprit même de Così. Cette lumineuse lecture est maintenue jusqu’au bout. Une gageure, du grand art. »  9 et 10 novembre 2006